Pages

RECHERCHEZ SUR LE BLOG :

Rechercher dans le Blog

mardi 19 mai 2020

Hitler - 001 - 002 - 003 - 006



Hitler est une revue de bandes dessinées petit format parue aux éditions Elvifrance. C’est une bd assez rare. 6 numéros daté d’Octobre 1978 à Avril 1979. Format 13 * 18. L’histoire de Hitler revue et corrigée.



Elvifrance a inondé les kiosques français de bandes dessinées obscènes, violentes, répugnantes, scandaleuses... Plus de 4000 Pocket furent traduits de l'italien ou de l'espagnol, dont les fameux Luciféra, Jacula, Zara, Sam Bot, Isabella, Jungla, Incube, Electrochoc, Terror, Outre-Tombe, Terrificolor, Prolo, Mortimer, Hitler, Wallestein, Zordon... La censure se déchaîna, procès et interdictions tombèrent par centaines... 
 Mais la vaillante petite maison d'édition résista grâce à de stupéfiants stratagèmes. 
 Ils ont tout osé : nécrophilie, inceste, crimes sanglants... et mettaient en avant les plus noirs sentiments et les plus révoltantes pulsions sexuelles.  
 Qui aurait pensé un jour qu'un Pf sur le plus abominable personnage du 20ème siècle aurait pu voir le jour ? C'était sans compter avec Elvifrance !
Les auteurs vont même écrire sur la 4ème couverture que "les faits même s'ils paraissent incroyables, sont aussi plausible que la version généralement acceptée par l'histoire"

Il fallait quand même avoir peur de rien pour écrire ça ! 
Selon l'éditeur, le scénario de cette série serait basé sur l'étrange récit du médecin Hans Dieter Müller qui serait passé à l'ouest en 1962.... Aucune trace sur internet de ce pseudo médecin, il faut bien entretenir la légende...


Dans toute l'histoire de l'édition française du XXe siècle, l'éditeur qui a été le plus interdit se nommait Georges Biellec. Durant 20 ans, il mena un combat sans merci contre les censeurs qui s'acharnaient sur ses publications.
776 interdictions...
De 1972 à 1989, en effet, Elvifrance, sa maison d'édition, essuya 776 interdictions, allant de l'interdiction de niveau 1 (interdiction de vente aux mineurs) à l'interdiction de niveau 3 (interdiction de vente aux mineurs, à l'exposition et à toute publicité), la plus meurtrière… Celle qui mettait généralement un terme à la vie d'un magazine.
Pour anecdote, citons le périodique "Hitler" qui fut frappé d'une interdiction de niveau 2 à la sortie de son deuxième numéro. C'est la Commission de Surveillance du Ministère qui, affecté de ne pas voir interdit le premier numéro, réussit à en faire parler à l'Assemblée Nationale. Là, en novembre 1978, Georges Marchais et Maurice Nilès (députés PC) interpellèrent le gouvernement pour qu'une "enquête sérieuse" soit menée sur ces publications soupçonnées de véhiculer une "propagande délibérée, quoique occulte". 

« M. Georges Marchais attire l'attention de M. le Ministre de l'Intérieur sur l'édition et l'exposition au public d'ouvrages (en particulier de bandes dessinées) qui, sous prétexte de récits historiques, constituent une falsification de l'histoire récente. Il ne s'agit pas seulement d'affabulation mais de mystifications dangereuses dans la mesure où elles présentent avec un texte et des dessins réalistes de véritables falsifications destinées à donner d'un récent et dramatique passé une vision fausse à des jeunes gens et adolescents mal informés et manquant nécessairement de l'expérience vécue des prétendus fait invoqués. « Mais surtout, s'agissant de la dernière guerre, ces ouvrages se livrent à une apologie à peine voilée du fascisme. Dans l'un d'entre eux, ayant pour thème les derniers jours de Berlin, 'l'héroïsme" et le "stoïcisme" des nazis sont glorifiés, les désastres de la guerre sont présentés comme le fait de la cruauté des troupes soviétiques alliées. On tend à éveiller un sentiment de pitié pour les habitants de Berlin (dont les souffrances ne sont pas niables) mais en éludant les raisons historiques et les vraies responsabilités. « Au lieu d'inspirer le dégoût pour Hitler et ses acolytes, on minimise le caractère criminel de leurs actes et on pare leur destin d'une certaine "grandeur" qui peut susciter une admiration et un attrait nocifs et malsains. En outre, les publications en question ne manquent pas de se donner un caractère alléchant par- un discret aspect pornographique. Sous une apparence délibérément vulgaire et grossière, les faits sont en réalité adroitement présentés, faisant appel non au sentiment esthétique- ni au goût des connaissances historiques mais aux plus basses sollicitations. « M. Georges Marchais demande à M. le Ministre de l'Intérieur quelles mesures il entend prendre. « M. Georges Marchais s'interroge, en outre, 'sur l'origine exacte de ce genre d'ouvrages (imprimés en Italie, édités en France), mais sans nom d'auteur ni pour le texte ni pour les dessins. Il n'est pas exclu que ces publications servent de véhicule à une propagande délibérée, quoique occulte, et qu'il importerait que cette hypothèse plausible soit infirmée ou confirmée par une enquête sérieuse que justifie l'anonymat des auteurs…Bien dis donc, ce n’est pas Napoléon qui tuera Marchais. C'est le ridicule.



Tome I. Avril 1945. Berlin est en ruine. Les troupes russes sont à quelques kilomètres. Dans son bunker, Hitler fait manœuvrer des armées qui n'existent plus et fait fusiller les « traîtres » qui lui apportent de mauvaises nouvelles. Heureusement, Eva, Eva Braun aux seins comme des pastèques, parvient à lui faire oublier ses soucis…


Lien - 001



Tome 2. — Tout est prêt, mon führer ! Bormann s'est emparé d'un sosie de Hitler. On lui tire une balle dans la bouche. On l'allonge à côté d'Éva. Bormann et Hitler se sauvent. Goebbels découvre les cadavres. Il y met le feu, les enterre et se suicide avec sa famille. Les derniers occupants du bunker, sous les bombes, forniquent au champagne. Un général, ivre, met fin à l'orgie en faisant sauter tout le monde à la grenade à l'instant même où le drapeau soviétique flotte pour la première fois sur la porte de Brandebourg. Et Hitler ? Bormann a volé un char russe...

Lien - 002


Tome 3. Le char a sauté. Bormann est sain et sauf. Hitler est mort, atrocement brûlé de la taille aux cheveux. Bormann file avec les bijoux. Officier russe découvert par une patrouille russe, Hitler, qui n'était pas tout à fait mort, est hospitalisé. Méconnaissable et sauvé ! Cependant, il a perdu la mémoire. Comme il n'a pas de papiers, on l'appelle « Capitaine Phénix ». Il doit tout réapprendre, à commencer par le russe. Il apprend aussi l'allemand, beaucoup plus facilement d'ailleurs…


Lien - 003


Tome 6. L'avion a fait demi-tour. Un trou d'air en vue de La Paz. Hitler tombe sur la tête et retrouve la mémoire. Embrassades Bormann-Hitler. Puis querelle. Bormann veut se la couler douce en Bolivie et Hitler ne pense qu'au Quatrième Reich. Hitler tue Bormann et rentre à Berlin...

Lien - 006

Bâtir une collection de BD sur les méchants de l’histoire, pourquoi pas ? Les Caligula, Dracula ou Attila n’ont pas en commun que la sonorité de leur nom mais aussi de s’être trempé dans des baignoires de sang. Dans les genres vilains pas beaux, ils se posent là. Par contre, ils sont tous d’une époque largement révolue et n’inspirent plus aujourd’hui que quelques historiens ou écrivains.
Que dire d’Hitler ? Le chef des nazis a sur les mains le sang de millions de personnes, mais agite encore les rêves de plus en plus de gens sous couvert d’honorabilité. L’exercice d’en faire une BD relève de l’équilibrisme particulièrement casse-gueule.
Voici quelques exemples de BD francophone:
 

Hitler = SS est une série de bande dessinée humoristique de Jean-Marie Gourio (scénario), Philippe Vuillemin (dessin) et Gondot (dessin), publiée dans le mensuel Hara-Kiri dans les années 1980. Le thème commun des ouvrages est une évocation de la Seconde Guerre mondiale (et plus particulièrement de la vie dans les camps de concentration et d'extermination nazis) traitée sur le ton de l'absurde, et utilisant volontiers l'humour noir. À la sortie des bandes-dessinées, le traitement décalé de ce sujet suscite en France de vives polémiques (notamment des plaintes d'associations d'anciens déportés) et conduit à l'interdiction de cette bande dessinée, comme dans de nombreux pays européens, posant aux juridictions de ces pays la question des limites à la liberté d'expression.

Lien


Bernard Swysen et Ptiluc nous racontent la "véritable histoire vraie" de Hitler, dans une collection consacrée aux "méchants" de l’histoire (et de la littérature…), avec Caligula, Dracula, Attila, déjà parus. Ce livre s’inscrit dans une vraie filiation avec deux autres albums qui, de la même manière, avaient parlé du nazisme en transformant les humains en animaux. Le but de ces livres est de raconter, certes… Avec un dessin souriant, l’horreur ne devient pas acceptable, mais accessible… Donc capable de faire réfléchir… Et de dire haut et fort que l’Histoire devrait ne jamais se répéter ! A la fin de l’album, d’ailleurs, il y a un dossier historique qui complète la réflexion… Et, il faut le souligner, ce livre est historiquement sans failles… C’est la véritable histoire vraie d’un monstre qu’il nous raconte.



Lien



Au cœur de la seconde guerre mondiale, Adolf Hitler veut être papa. Il se met donc en quête de son fils naturel illégitime : Dickie... Une relecture loufoque et fantaisiste de la vie du Führer, truffée d'humour grinçant. Hilarant ! Que ceux qui considèrent qu’on ne peut pas rire avec Hitler et les chambres à gaz passent immédiatement leur chemin. Prenant le contrepied total de l’horreur qu’inspirent d’ordinaire l’idéologie nazie et le Führer, le flamand Pieter de Poortere prend plutôt le parti de l’humour cynique et politiquement incorrect. Or si vous appréciez le type d’humour second degré et grinçant, c’est franchement hilarant !

Lien



 Et dans les Comic Books:

500 couvertures de comics, une époque où Hitler se faisait régulièrement démonter

Ils s’appellent Jack Kirby, Joe Simon ou encore Alex Schomburg, et sont devenus depuis des stars dans le monde du comics. Entre 1941 et 1945, ils travaillaient alors dans la florissante industrie de la bande dessinée américaine. Et à cette période, Hitler figurait régulièrement sur les couvertures, et les super héros s’attaquaient régulièrement aux symboles de l’Allemagne nazie. Une compilation totalement surréaliste de 500 couvertures, accompagnées de commentaires d’historiens et d’historiens du comics, a abouti à cet ouvrage, Take That, Adolf. De Superman à Daredevil, en passant par des héros américains exacerbant bel et bien un racisme ‘à la papa’, cet ouvrage pose un regard fascinant sur la manière, dont les dessinateurs, aujourd’hui célèbres, s'abreuvaient de l’actualité. Tous ont régalé des millions d’enfants avec leurs aventures excentriques. Sur le front européen, dans les plaines et les campagnes, les marines, les GI, les superhéros se sont tous succédé pour renverser Adolf Hitler, voire se servir du dictateur allemand comme d’un punching-ball.


Featuring: Captain Marvel, Jr.
Publication: August 1943
Publisher: Fawcett
Credits Pencils: Mac Raboy | Inks: Mac Raboy




Title: Daredevil Comics 
Publisher: Lev Gleason / Comic House | Date: Jul 1941
Pencils: Charles Biro [as Woodro] (signed) | Inks: Bob Wood [as Woodro] (signed)





N’oubliez pas de remercier…
 Merci à Kraven 64 pour ce partage.

22 commentaires:

  1. ..Wow..merci Lulu et Kraven64 pour ces véritables petites pièces d'anthologie..!..aucune idée de leur existence..!..

    RépondreSupprimer
  2. Introuvable, même chez Bdtrash, pourtant les spécialistes EF. Un grand merci pour ce Pf complètement dingue, fallait oser quand même ....

    RépondreSupprimer
  3. Bel article ! Merci.

    Heureusement on a tout de même les 2 premiers numéros en Castillan, effectivement intéressants. Il m'avaient paru très proches de l'Histoire, mais c'est de moins en moins vrai dans 4 les nn° suivants ! Hélas ils ne sont pas (encore) scannés. ☻ D'ailleurs les titres le confiement autant que la prez :

    (de TebeoSfera) "Mercocomic presenta al mercado de lengua española su primera obra: “Hitler”, dividida en seis fascículos de 128 páginas cada uno. “Hitler” nos cuenta el asesinato del dictador alemán ocurrido en una clínica psiquiátrica de Leningrado en 1958. El guión de este cómic está basado en la extraña narración del médico psicoanalista Hans Dieter Müller, que huyó en 1962 al Berlín Occidental, desapareciendo, sin dejar rastro, un año después. Esta obra, aunque parezca increíble, está basada en hechos ciertos y comprobados, y es tan posible como la versión más aceptada de la Historia."

    La colección completa se compone de 6 números. La numeración de las páginas fue tratada como una única obra, de manera que cada número retoma la paginación donde termina el anterior, aunque algunas numeraciones se repiten debido a que las páginas finales de cada número se dedicaban a un pequeño avance del siguiente número . Los números publicados y su paginación fueron:

    ► 1 LOS ÚLTIMOS DÍAS (págs 1 a 124)
    ► 2 LAS ÚLTIMAS HORAS (págs 125 a 246)
    ► 3 FÉNIX (págs. 247 a 368)
    ► 4 LA CAZA (págs. 369 a 490)
    ► 5 EL PRECIO DE OTRA VIDA (págs. 491 a 612)
    ► 6 MUERTE OLVIDADA... (págs 613 a 734)

    RépondreSupprimer
  4. ça faisait un moment que j'essayais de les trouver pour me faire une idée de cette série iconoclaste d'Elfifrance. Un très grand merci, Kraven64 et lulujojo pour cette fiche d'intérêt historique pour le PF (plus que pour l'Histoire avec un grand H, cela va de soi).

    RépondreSupprimer
  5. Une curiosité doublée d'une rareté ... Merci !

    RépondreSupprimer
  6. Merci beaucoup Kraven64 et lulujojo de nous permettre de découvrir ces ouvrages

    RépondreSupprimer
  7. Fiche très, comment dire, instructive d'une publication rare et recherchée.
    Contrairement à ce que l'on peut lire, cette série n'est pas espagnole mais une création Elvifrance, ses auteurs étant restés anonymes, on les comprend...
    Un très grand merci à Kraven64 et Lulu !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vos sources svpl. car cette série fut achetée me semble t'il par EF aux éditions
      Mercocomic.

      Supprimer
    2. En agrandissant les couv sur Kennedy notamment celle du #2, il est loisible d'y voir la signature de
      Prieto Muriana, ce qui tend à confirmer que la série nous vient de l'autre côté des Pyrénées et non pas d'auteurs made in EF qui n'auraient pas apposé leurs signatures par honte, etc...

      Supprimer
  8. Merci pour cette agréable découverte.

    RépondreSupprimer
  9. Un sujet ô combien sensible et douloureux pour beaucoup de gens (pour moi et ma famille, entre autres) mais que vous traitez avec beaucoup de finesse, d'intelligence et de respect : soyez-en remerciés.

    RépondreSupprimer
  10. Merci, même si parfois ça colle pas à l'histoire, ça a le mérite de nous donner une idée du monstre.

    RépondreSupprimer
  11. https://ww4.french-bookys.com/magazine/62315-Axe-etamp%3B-Alli%C3%A9s-N%C2%B09-Juin-Juillet-2008

    RépondreSupprimer
  12. Heil dead poule, sûrement une bande annonce pour deadpool 3

    RépondreSupprimer
  13. Les liens sont morts malheureusement... apparement une tres bonne bd

    RépondreSupprimer
  14. MERCI ! En principe tout cela est dispo au meilleur format sur la Mule.
    (Termineur pack)

    PS Je déconseille de lire le 6... bien décevant.

    RépondreSupprimer

Un petit merci et quelques mots font toujours plaisir, alors ne soyez pas timides ^^